Alimentation

Rejoindre une AMAP

Lorsque je me suis lancée dans le Zéro Déchet, je ne savais pas par où commencer. La plupart des blogueurs et initiés que j’ai pu lire sur internet et les réseaux sociaux préconisent de débuter par l’alimentation en vrac. Mais dans mon cas, je n’étais pas prête à adapter mon mode de vie à ce mode de consommation (avoir des sacs à vrac c’est beau, mais lorsqu’on est étudiante et qu’on doit traverser tout Toulouse pour aller dans une des seules boutiques à vrac de la ville, c’est toute une mission !). Encore aujourd’hui, en ayant changé de ville et de routine de vie, et en ayant conscience que les emballages alimentaires en plastique font partie des premiers ennemis à éliminer de nos vies, ma cuisine se transforme lentement mais elle est encore loin d’un résultat satisfaisant…

fruits_légumes

Récemment, je me suis inscrite auprès d’une AMAP pour transformer positivement mon alimentation Zéro Déchet. Ce que je vous propose ici est un petit retour d’expérience !

Qu’est-ce qu’une AMAP ?

Une AMAP, c’est une Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne.

Sa principale activité est la vente de paniers de produits frais. Mais ce dont il faut avoir conscience, c’est qu’en rejoignant une AMAP, vous rejoignez une communauté constituée de producteurs d’une part et de consommateurs d’autre part, qui partagent vos envies et votre objectif de consommation alimentaire saine et durable.

Qu’il s’agisse de fruits et légumes, d’oeufs, de pains et viennoiseries, de viande, d’huile, de jus,… Ces paniers permettent aux consommateurs que nous sommes de devenir consomm’acteurs : nous choisissons la confiance, entre un producteur qui respecte des pratiques agricoles responsables et durables, et un consommateur solidaire prêt à payer le juste prix avec le désir prépondérant de savoir ce qu’il a dans son assiette.

En plus de l’adhésion à l’association, il y a également une contrepartie présentielle. Vous payez votre panier mais vous devez également vous engager à participer à la distribution des paniers plusieurs fois par an. Pour l’AMAP que j’ai rejointe, je me suis donc engagée à passer 6 mercredis soirs de cette nouvelle année à distribuer les paniers du producteur aux consommateurs qui viennent les chercher, et eux feront de même quand leur tour sera arrivé.

Pourquoi rejoindre une AMAP ?

“Pourquoi rejoindre une AMAP” est une question qui cache dans son ombre “pourquoi est-ce si important de savoir ce que l’on mange ?”.

Pour la planète

L’agriculture intensive épuise la planète (voir l’article Réduire sa consommation de viande). Nous devons donc nous tourner vers une nouvelle forme d’alimentation moins riche en viande et plus durable, basée sur d’autres aliments (d’origine végétale notamment). L’AMAP est un bon moyen d’y parvenir. Celle que j’ai rejointe propose de la viande (toujours en provenance d’une ferme aux pratiques qui se veulent durables) de manière très périodique, une fois tous les 2-3 mois. Avec ce système de paniers de produits frais et de saison, nous pouvons donc réduire l’impact écologique de l’industrie agroalimentaire.

En plus de réduire les émissions de gaz à effet de serre liés à la production agroalimentaire, nous pouvons également réduire les émissions liées au transport des denrées. En effet, l’AMAP est un partenariat créé avec une ferme de proximité. L’AMAP que j’ai rejointe se fournit chez des producteurs dont les installations agricoles se situent dans un rayon maximal de 60 km (ce qui est déjà pas mal en soi mais bon, il n’y a pas la place en plein Paris !). Privilégier le circuit court influence également la fraîcheur des produits : plus besoin de conservateurs qui sont aussi parfois des perturbateurs endocriniens !

Nous ne pouvons plus nous permettre de polluer ainsi nos terres et nos mers. Il faut régler le problème à la source et trouver d’autres alternatives de stockage et de transport. Avec l’AMAP, vous supprimez carrément les emballages puisque les produits une fois récoltés (et encore couverts de terre) sont acheminés dans des cagettes pour être livrés le jour même soit dans ces mêmes cagettes, soit dans des paniers/seaux tel que c’est le cas pour mon AMAP. Les consommateurs transvasent les fruits et légumes dans leurs propres sacs/cabas au moment de récupérer leur panier.

Les AMAP ont le vent en poupe, et cela incite de plus en plus d’agriculteurs à adopter des pratiques plus respectueuses de la Nature. Il faut cesser de surconsommer et donc de surproduire à cette fin en utilisant des produits chimiques qui vont infecter nos aliments et donc nos corps. Prônons un retour au naturel, aux méthodes traditionnelles efficaces qui ont fait leurs preuves mais que le progrès et la modernité ont effacées peu à peu. Cela permettra d’augmenter la biodiversité et de protéger les sols tout en dépensant moins d’énergie.

Pour la santé

En supprimant les pesticides et les produits chimiques, les produits sont de meilleure qualité, ils retrouvent leurs propriétés originelles et c’est ça que notre corps aime ! D’après Greenpeace, les pommes subissent en moyenne 35 traitements phytosanitaires, et ces pesticides viennent s’accumuler majoritairement dans la peau (alors qu’elle contient la plupart des vitamines et minéraux) et jusque dans la chair du fruit pour les pesticides les plus résistants. Ces fongicides, herbicides et autres mots en -ides peuvent être des perturbateurs endocriniens, des molécules qui vont interagir avec notre corps au niveau hormonal et peuvent le déstabiliser.

En plus des pesticides, les fruits et légumes qui sont cultivés loin de leur lieu de vente sont bourrés de conservateurs (encore des produits chimiques, miam !). Certains conservateurs viennent s’ajouter à la liste des perturbateurs endocriniens non désirés par le corps humain. 

Nous devons prendre soin de notre corps en faisant attention à ce que nous mangeons, et nous devons redonner du sens à ce que nous mangeons : éveillons nos papilles ! Les produits frais n’ont pas encore perdu leur valeur nutritive et surtout leur goût naturel. Grâce à l’AMAP, vous pouvez non seulement retrouver une alimentation saine et équilibrée, mais aussi et surtout renouer avec le goût et redécouvrir des produits d’antan souvent plus goûteux que nos tomates bien rouges mais pleines d’eau…

Pour l'éthique

Rejoindre une AMAP, adhérer aux principes d’une telle association, c’est également témoigner solidarité et entraide envers les agriculteurs souvent surexploités par les marques de la grande distribution. Leurs revenus ne sont pas à la hauteur de l’importance de leur tâche: nourrir la France ! Les consommateurs de l’AMAP paient souvent à l’avance les paniers, ou bien s’engagent à verser une somme fixée, ce qui apporte un peu plus de sécurité financière pour les agriculteurs.

Notre voix de consommateur compte. Rejoindre une AMAP, c’est une façon de refuser le système surconsommateur que nous impose la société. C’est une façon de changer la société petit à petit en montrant aux géants de la distribution qu’on n’a pas besoin d’eux et que s’ils veulent nos sous, qu’ils changent leurs pratiques !

A force de venir chercher son panier le mercredi soir, on connaît les gens de l’AMAP (et pas que les responsables de l’association). Dans mon cas, le rendez-vous est dans un café dont quelques pièces à l’arrière du bâtiment servent d’entrepôt en attendant que les paniers soient récupérés. C’est un moment de convivialité et de partage avec des personnes qui partagent nos valeurs et croient eux aussi en un monde meilleur.

L’AMAP c’est aussi le moyen de développer des relations entre la ville et la campagne. Les deux ont besoin l’un de l’autre. Le circuit court favorise une relation de proximité et contribue au développement durable et aussi à la relocalisation de l’économie.

Avantages

  • Le Goût avec un grand G
  • La découverte de nouveaux produits
  • La découverte des pratiques à la ferme (savoir ce qui se passe en amont de nos assiettes)
  • L’élimination des emballages plastiques
  • Le rapport qualité/prix et la destination de notre argent directe au producteur
  • Le savoir : on connaît le producteur, on connaît les vendeurs, eux connaissent les consommateurs, on connaît le contenu de notre assiette
  • Des valeurs telles que la solidarité, la confiance, le partage (et, il faut le dire, un sentiment feel good de prendre soin de soi et de la planète)
  • La détente : ne plus penser aux achats chaque semaine puisque les paniers sont composés en fonction de la récolte

Inconvénients

  • Les engagements financier et temporel, bien que légers : il faut payer une adhésion comme pour toute association et le prix est plus élevé que les produits bradés du supermarché, et il faut une certaine assiduité chaque semaine pour aller récupérer les paniers, de même qu’il faut pouvoir se libérer pour être d’astreinte.
  • La cuisine engendrée par la fraîcheur des produits, et la recherche des recettes pour les fruits et légumes parfois inconnus. Même si on peut parfois pratiquer un échange s’il y a un surplus, le fait de ne pas pouvoir choisir les produits de son panier est un choix !
  • Rejoindre l’association n’est pas toujours possible tout de suite, il faut parfois attendre que des places se “libèrent” et alors c’est la loi du “premier arrivé, premier servi”.
  • On ne choisit pas l’horaire des “courses” puisque la distribution se fait un jour fixe (cela peut toutefois dépendre des AMAP : un jour ou deux par semaine).
  • Le prix est plus élevé que dans le commerce ou sur les marchés (attention d’ailleurs pour les marchés, certains vendeurs ne sont que distributeurs ou revendeurs, et non pas producteurs !).

Où trouver son AMAP ?

Annuaire des amap en France : http://www.reseau-amap.org/recherche-amap.php

Annuaire des amap en IDF : http://www.amap-idf.org/

Prix

Chaque AMAP pratique ses propres tarifs.

A titre indicatif, voici les prix pratiqués dans l’AMAP que j’ai rejointe :

  • 15 € le panier (exemple de composition : des carottes, des pommes de terre, du chou blanc ou rouge, une tête de brocolis ou un fenouil, un radis noir, poireaux, endives, betterave crue, courge spaghetti)
  • 2 € la boîte de 6 oeufs
  • 1.10 € la baguette traditionnelle bio

Quelques chiffres

Quelques sources

  • L’AMAP « Chez Nous » de Asnières-sur-Seine
  • Site officiel du réseau des AMAP en France et en Ile-de-France
    http://www.reseau-amap.org/amap.php
    www.amap-idf.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *