Alimentation

Réduire sa consommation de viande

Pourquoi ?

Les raisons d’une consommation moins riche en viande sont nombreuses ! J’ai essayé ci-dessous de relever les plus pertinentes d’entre elles :

L’élevage est une des principales sources de gaz à effet de serre. Pour élever les bestiaux que l’on mange, c’est tout un cycle dont chaque étape est une source de pollution en elle-même. Ces bêtes sont nourries avec un fourrage qui doit être produit en grande quantité, ce qui demande non seulement de la place mais aussi beaucoup d’eau pour irriguer les champs. Et je ne parle même pas des pesticides utilisés pour augmenter le rendement des récoltes et qui détruisent la biodiversité et polluent nos nappes phréatiques par ruissellement. De plus, il faut savoir que les êtres humains sont de grands consommateurs de viande, les français en particulier. Mais pour fournir cette denrée aux consommateurs et tous les satisfaire, la production locale ne suffit pas. Vous imaginez si on élevait les animaux destinés à l’alimentation des français uniquement en France ? On manquerait de place bien sûr ! Donc, comme toute denrée qui doit être fournie en grande quantité, elle est bien souvent importée. Et ce voyage a un prix, qu’il soit aérien, fluvial ou routier. Donc notre petite planète n’en peut plus de cet élevage et de cette agriculture intensifs, laissons-la souffler un peu en réduisant notre demande de viande.

La viande est un des produits qui coûtent le plus cher dans le panier des consommateurs. Qu’elle soit au supermarché ou sur les étals des bouchers et charcutiers du marché, c’est une denrée qui a de la valeur. Donc si vous mangez moins de viande, vous devriez faire quelques économies !

Les mises en garde de l’OMS se multiplient, tandis que de plus en plus d’études montrent que la viande rouge serait à l’origine de nombreux problèmes de santé, notamment des cancers de l’intestin. Ce qu’il faut voir ici, c’est que manger trop de viande, comme nous le faisons en France, n’est pas si bon que ça pour notre santé. Et d’ailleurs, cela dépend bien de la viande ! Parce que celle-ci est souvent importée comme nous venons de le dire plus haut, donc bourrée de conservateurs et autres substances qui permettent sa conservation et sa préservation pendant le transport. Sans parler des antibiotiques qu’ingurgitent les pauvres bêtes, l’élevage en batterie pour la volaille et les conditions d’insalubrité dans lesquelles sont retrouvés les poulets ou les cochons, marchant dans leurs excréments, pouvant à peine se lever et circuler tellement ils sont lourds et nombreux… Ça donne envie n’est-ce pas ? Et pourtant, c’est sans doute ce que vous achetez au supermarché du coin.

Il est temps de se poser des questions sur le contenu de nos assiettes et sur leur provenance, car acheter, c’est accepter et cautionner. Il faut arrêter d’être des moutons ! Plus il y aura des consommateurs suffisamment aveugles pour acheter la viande aux antibiotiques vendue dans les supermarchés, plus les géants industriels continueront d’en produire et d’en vendre (et s’enrichir sur notre dos en nous faisant manger de la m****) ! En tant que consommateurs, nous avons une voix, et plus que cela, nous avons le pouvoir d’influencer le marché. Nous pouvons dire « ça j’aime » ou « ça je n’aime pas » et quand je vois sur les étiquettes de certains produits une majorité de noms imprononçables mais finalement peu d’ingrédients naturels ou non transformés, je me dis que nous devrions tous crier « ça je n’aime pas » parce qu’il en va de notre santé et de notre planète !

En plus de tout cela, c’est aussi cautionner les mauvais traitements que subissent les animaux dans les élevages. Je me doute que tout le monde ne défend pas la cause animale mais je pense qu’une grande majorité ne reste pas insensible à ces multiples vidéos que l’on voit de plus en plus sur la toile et qui montrent une surpopulation de poissons dans des petits bacs d’élevage, les pratiques barbares de la chasse, l’élevage en batterie et les nombreux cadavres animaliers dans ses rangs… Bref, manger des produits issus d’une viande élevée et produite dans ces conditions, c’est cautionner ces traitements.

Comment ?

On ne vous demande pas de devenir végétarien du jour au lendemain et d’arrêter de manger de la viande dès maintenant ! Pour rappel, avec le Zéro Déchet, il s’agit de changer nos habitudes de vie, y compris nos habitudes de consommation. C’est quelque chose qui prend du temps et c’est comme la cigarette : si on y va petit à petit, il y a une meilleure garantie de résultats que d’y aller dans la précipitation. Et puis ce n’est pas facile de renoncer à quelque chose de bon (moi-même je suis encore en transition, je fais partie des carnivores !).

Mais si vous avez décidé de vous y mettre, soyez convaincu(e) des conséquences positives de votre geste, vous êtes le colibri qui sauvera la forêt 😉 Et pour ceux qui ont encore du mal, je partage avec vous ci-dessous quelques trucs et astuces que j’ai adoptés (et que j’utilise encore) pour réduire votre consommation de viande :

  • Préférer la qualité à la quantité : Cessons d’acheter les steaks peu chers mais de mauvaise qualité. Il vaut mieux parfois y mettre le prix mais être en meilleure santé. D’ailleurs ce qu’on ne paie pas aujourd’hui pour une alimentation de qualité, nous le paierons demain en frais médicaux ! Le restaurant peut être une belle (et bonne) occasion de manger de la viande de qualité.
  • Se renseigner avant d’acheter : Dans la continuité du point « nous ne sommes pas des moutons », faire des recherches sur les produits que nous achetons nous ouvre les yeux. Mais attention à ne pas faire d’amalgames et à faire la part des choses entre les articles qui font peur mais qui n’ont pas de fondement et ceux qui sont basés sur des faits scientifiques et chiffrés.
  • Se lancer des défis : Que ce soit entre amis, à deux ou bien seul(e) devant son frigo, découvrez de nouvelles recettes sans viande avec ce que vous avez sur vos étagères. Et qui sait, vous serez peut-être agréablement surpris(e) par des associations culinaires originales !
  • Découvrir de nouvelles saveurs : N’ayez pas peur d’essayer de nouveaux plats et de nouvelles recettes. Les recettes alternatives peuvent parfois être aussi simples que mettre un steak ou une escalope dans une poêle et la retourner, sauf que c’est mieux pour la planète… Les restaurants sont également de belles occasions de faire des découvertes, et pour le coup, il est quasi certain que le goût et la saveur seront au rendez-vous !
  • Utiliser des applications : Nous sommes une génération accrochée à nos smartphones, alors il faut nous en servir intelligemment ! Il existe aujourd’hui une multitude d’applications qui nous donnent des informations sur les produits que nous achetons, nous proposent des recettes végétariennes (et donc sans viande) ou des bonnes adresses pour changer notre alimentation en douceur…
  • Préférer la viande blanche : Et si vraiment vous ne pouvez pas vous passer de viande, pas de soucis ! Encore une fois, l’idée est avant tout d’en manger moins et mieux. Préférez la viande blanche à la viande rouge, vous éviterez ainsi les acides gras saturés dont sont riches le bœuf, l’agneau ou le mouton.

Quelques chiffres

  • 68% de la consommation totale de viande en France est d’origine bovine
  • 550 à 700L d’eau sont nécessaires pour produire 1kg de viande bovine (15000L si on compte l’eau nécessaire à l’irrigation des cultures, l’eau consommée par les animaux, l’eau de pluie qui joue également un rôle ainsi que le recyclage des effluents d’élevage)
  • 1,5kg de viande : c’est la quantité moyenne hebdomadaire consommée par un Français

Quelques sources

6 commentaires

  • Allys

    Hello !
    Je suis complètement d’accord, consommer moins de viande, c’est plus simple qu’il n’y paraît ! J’essaie de m’y mettre aussi et de trouver des plats végétariens variés, ce qui n’est pas si compliqué surtout avec internet ; on a accès à plein de recettes alternatives sans viande voire sans produit issu des animaux ^^ De plus en plus de restaurants proposent des plats végétariens dans leurs menus aussi.
    Pour les protéines etc. on peut les retrouver dans pas mal d’ingrédients d’origine végétale aussi, j’aimerais bien tester prochainement la protéine de soja pour remplacer la viande hachée, il paraît que c’est top 🙂
    J’essaye aussi de remplacer le lait animal par du végétal (lait d’amande, lait de riz, etc.) et ça passe super bien dans les recettes que j’ai tentées jusqu’à maintenant (d’ailleurs c’est aussi bon pour la santé parce que 2/3 des êtres humains adultes ne tolèrent pas le lactose) !
    Bonne continuation de votre blog 😀

    • Momo Green

      Bonjour Alice !
      Un grand merci pour ton commentaire, ce genre de partage d’expérience est exactement ce qu’on recherche pour le blog 😀
      Comme toi, je pense qu’il est plus facile qu’il n’y paraît de changer notre alimentation, mais c’est aussi une question de temps. Il faut prendre le temps de faire les recherches sur de nouvelles recettes et il faut prendre le temps de s’intéresser aux substituts végétaux et ce qu’ils peuvent nous apporter d’un point de vue nutritionnelle (nos estomacs ne fonctionnent pas tous de la même façon !)
      En ce moment je teste quelques sites et applications qui m’aident à varier mon alimentation, je mettrai sans doute en ligne un petit mot là-dessus donc reste connectée 😉

  • William

    Salut !

    Merci pour cet article, je prêche également cette parole au boulot quand je vois tous ces gens qui consomment autant de viande, et de viande rouge, même certains qui sont sportifs de haut niveau.

    J’ai aussi eu cette période de transition, assez longue. Je ne mange plus de viande que quand je sors avec des amis. Je fais du calisthenics, et au début j’avais du mal sans viande, j’ai donc complété avec de la whey (Force Ultra Nature), et j’ai appris à diversifier mes sources alimentaires de protéines végétales.

    A noter que les protéines végétales sont moins bien absorbées (environ 65%) que les protéines animales (environ 95%), de même pour le fer. Les chiffres sont à vérifier, ils sortent de ma mémoire, je n’ai plus la référence, désolé.

    Serait-il possible de préciser le rôle de 550 à 700L d’eau nécessaires pour produire 1kg de viande ? Mercii

    • Momo Green

      Bonjour William,

      Merci pour ton commentaire très enrichissant !
      Pour répondre à ta question, les 550 à 700L d’eau mentionnés dans l’article tiennent compte du cycle naturel de l’eau. En effet, sur les 15000L d’eau souvent cités dans les médias, il s’agit à 95% d’eau de pluie qui a été transpirée par les plantes ou bien prélevée dans les sols. Mais finalement, cette eau-ci retourne à sa source une fois qu’elle a été utilisée dans le processus de production de la viande, elle rejoint le cycle naturel de l’eau auquel elle appartenait déjà avant d’avoir été prélevée. Donc finalement, l’eau qui ne provient pas de ce cycle et donc qui est réellement consommée ne représente que 550 à 700L.
      J’espère avoir répondu à ta question de façon exhaustive 😉 Pour plus de détails, je t’invite à aller jeter un oeil sur l’article de l’INRA dont j’ai mis le lien dans les sources 🙂

  • Moi

    Hello,
    article super intéressant qui m’amène à vous conseiller ce documentaire : The Game Changers, sur le lien entre notre alimentation et la constitution de notre corps. (Disponible sur Netflix)

    • Momo Green

      Bonjour,
      Merci pour ton commentaire et pour la suggestion vidéo, je ne connaissais pas ce documentaire !
      Encore une bonne piste pour s’ouvrir l’esprit sur notre consommation alimentaire 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *